INFOS
Reggae Sundance 2016
Jeu Concours : Rototom 2016
Rototom 2016
Les photos de l’été 2016 (Rototom etc..) + fly
Le festival Zion Garden #6 sur Radio Mille Pattes !

Retrouvez notre équipe en direct de Bagnols/Cèze sur les ondes de Radio Mille Pattes !

Radio Mille Pattes au Dub Camp Festival !

Radio Mille Pattes vous propose une retransmission des live du festival !

Playlist nouveautés à découvrir sur Radio Mille Pattes !

Découvrez les dernières nouveautés sur les ondes de Radio Mille Pattes !

Le Festival Zion d’Hiver #5 sur les ondes de Radio Mille Pattes !

Retrouvez la diffusion des concert du Zion d’Hiver#5 le 4 et 5 mars 2016 en direct sur nos ones !

Report RMP : Anthony B a la Maroquinerie
Report RMP : Pierpoljak au Divan du Monde

0 | 10

Report RMP : Mo’Kalamity au Cabaret Sauvage

Il est rassurant de voir que le reggae français rayonne et c’est aussi grâce à des artistes comme elle. Elle, c’est Mo’Kalamity, une chanteuse française originaire du Cap-Vert. Certains ne la connaissent pas encore mais de part son talent elle a déjà commencé à éclairer les âmes de ses nombreux fans. Plus de deux ans après la sortie de son troisième album "Freedom of the soul" la jeune diva s’offre une date d’exception au Cabaret Sauvage. Une fois de plus les amateurs de roots reggae music se sont réunis dans ce lieux pour partager les bonnes vibes de la sista Mo’Kalamity accompagnée de son backing band « The Wizzards ».




Je pense que vous serez d’accord avec moi pour dire que le reggae français a cruellement besoin de voix féminines dans son paysage mais heureusement Mo’Kalamity est là. Avec sa voix suave et son charisme elle a su s’imposer dans le milieu avec des textes forts parfois profonds parfois engagés et tout ça en anglais s’il vous plait.
Après des festivals comme le Reggae Sun Ska, le Garance ou encore le Rototom elle confirme que c’est une artiste majeure de la scène reggae. La salle était pleine de femmes et d’hommes de tous âges et origines. Le public ne s’est donc pas trompé et les gens se sont déplacés massivement pour venir apprécier ce show.





Tous ses morceaux ont été merveilleusement bien accueilli. Il faut dire que c’était un public complètement converti. Il n’y avait pas une seule bouches fermées. Je crois que c’est ce qui fait la force de cette artiste. Ses mélodies entraînantes nous poussent à fredonner l’air des chansons avec elle. Elle nous amène avec aisance dans son univers dans lequel on se sent bien et apaisé.



L’expression dit : « on ne change pas une équipe qui gagne » et ce soir là The Wizzards (Fayce au clavier, Benoît à la basse, Kael à la guitare rythmique et aux cœurs, Mano à la batterie) lui ont clairement donner un sens. Cela fait maintenant 10 ans de collaboration avec un nombre incalculable de dates de concerts et de tournées qu’ils partagent ensemble. Loin de moi l’idée de discriminer le reste de l’équipe mais il y en a deux qui se sont nettement distingués lors de leur prestation. Il s’agit du flutiste (Yan Cléry, chœur et flûte) qui à chacune de ses interventions nous balade dans sa mélodieuse magie et du guitariste (Kubix, pointure musicale de la scène reggae française) qui lui n’a plus rien à prouver de son talent. Les quelques solos qu’il a pu faire ont su déchainer une foule conquise mais pas moins avertie.


Nous avons eu le droit à un bel échantillon de chansons toutes piochées dans l’ensemble de ses trois albums ("Warriors of Light", "Deeper Revolution", "Freedom of the Soul"). Quand elle chante en français c’est là qu’on se rend compte du réel impact qu’elle peut avoir sur les gens. Ce qui était génial c’est que le public chantait fort, juste et à l’unissons !

Généreuse et je crois que c’est dans sa nature de l’être, Mo’Kalamity ne pouvait nous laisser repartir sans nous offrir non pas une mais deux surprises. Nous avons donc eu de plaisir d’accueillir sur scène NicoDrum qui a lui aussi sorti son album «  NicoDrum & friends… back to Fundehchan  » pour une énergisante intervention de percussions sur le morceau "Strange Thing", un reggae love song. Et puis je crois que la salle est restée figé de stupeur lorsque Monsieur Lyricson lui-même s’est présenté sur scène. C’est toujours un plaisir de voir que les « vétérans » du mouvement viennent donner une force à des jeunes artistes confirmés ou en devenir.


C’est de bonne augure pour la suite, on leur souhaite à tous une très longue route pour notre plus grand plaisir auditif. Et je finirai par placer un énorme Big Up à Mo’Kalamity & The Wizzards ainsi qu’à Jacko With Bambool qui a assuré la première partie du concert, pour leur disponibilité ainsi que leur état d’esprit qui me font dire que le reggae français a de beaux jours devant lui.



Radio soutenue par la ville de saulx les chartreux le conseil general de l'essonne
© copyright L@SSOCIATION 2000 - 2017