INFOS
Reggae Sundance 2016
Jeu Concours : Rototom 2016
Rototom 2016
Les photos de l’été 2016 (Rototom etc..) + fly
Le festival Zion Garden #6 sur Radio Mille Pattes !

Retrouvez notre équipe en direct de Bagnols/Cèze sur les ondes de Radio Mille Pattes !

Radio Mille Pattes au Dub Camp Festival !

Radio Mille Pattes vous propose une retransmission des live du festival !

Playlist nouveautés à découvrir sur Radio Mille Pattes !

Découvrez les dernières nouveautés sur les ondes de Radio Mille Pattes !

Le Festival Zion d’Hiver #5 sur les ondes de Radio Mille Pattes !

Retrouvez la diffusion des concert du Zion d’Hiver#5 le 4 et 5 mars 2016 en direct sur nos ones !

Report RMP : Anthony B a la Maroquinerie
Report RMP : Pierpoljak au Divan du Monde

0 | 10

Report RMP : Tarrus Riley au Trianon

Cette semaine a été riche en émotion dans le monde du reggae parisien. Après la venue de Capleton au Cabaret Sauvage, c’est Tarrus Riley qui nous a rendu visite ce dimanche soir et pas n’importe où, au Trianon. C’est un lieu magnifique de par sa beauté et son ampleur et je crois que nous étions beaucoup à l’apprécier. Tarrus Riley était accompagné par Dean Fraser et The Black Soil Band. Cela fait plusieurs années maintenant que le saxophoniste Dean Fraser et Tarrus Riley collaborent ensemble sur scène et c’est toujours un immense plaisir de les voir jouer et s’amuser ensemble.

Ce concert a aussi été réussi grâce à la présence d’une autre personnalité. Elle a assurée la première partie du show en mettant toute la salle d’accord. Beaucoup de personne du public semblaient étonnées de la voir arriver sur scène et pour cause, elle n’était annoncée sur aucune des affiches et flyers officiels du concert. Cette artiste, c’est Alaine Laughton.

The Black Soil Band s’est installé sur scène et a commencé à jouer le "None a Jah Jah Children Riddim". C’est évidemment Dean Fraser qui a donné les premières notes et tout de suite nous sommes rentrés dans le vif du sujet. C’est Alaine qui a ensuite suivi la marche. Elle est entrée sur scène avec son hit "Rise in Love" sur le "Gardian Angel Riddim" de Don Corleon. Vocalement l’artiste est en forme. Ce n’est jamais facile pour une chanteuse (ou chanteur) de ce calibre, c’est-à-dire, avec une voix sensible et douce de rester clairement audible avec un backing band et un public bruyant en extase mais elle l’a fait et bien fait d’ailleurs. Elle a su nous mettre à l’aise et s’est elle même mis à son aise sur scène puisqu’au bout de son second morceau elle enleva ses chaussures. Désormais le Trianon nous possède totalement. Dans son enceinte ce sont les titres "Deeper", "Without you" ou encore "Bye bye bye" qui résonnent dans ses couloirs et ses deux étages de balcons. Alaine est restée sur scène une trentaine de minutes et naturellement nous sommes tous restés sur notre faim. Néanmoins, elle a clairement rempli son rôle en assurant cette première partie et plus encore. C’est au tour de Monsieur Riley d’accomplir le sien maintenant.

Pour la deuxième fois de la soirée nous entendons le "Changes riddim" de Don Corleon mais cette fois ci c’est Tarrus Riley qui en prend le contrôle avec son morceau "Wanty wanty no Getty". L’homme est un coutumier de la scène parisienne. En effet, il s’offre une date sur la capitale tous les deux-trois ans. Et quoi de mieux que la pratique pour parler une langue ? Si il continue il pourra bientôt entretenir des conversations en français !

Venu pour nous présenter son nouveau projet "Love Situation" j’ai personnellement trouvé qu’il est resté sur un choix de set classique et tant mieux. Tout le monde s’est reconnu dans ce choix car tout le monde connaissait ses chansons. Et quand je dis tout le monde c’est tout le monde. L’impression que j’ai eu était assez forte dans le sens où lorsque l’artiste chantait le public lui répondait et l’accompagnait voire plus. A certains moments il n’avait quasiment plus besoin de chanter. Hier soir beaucoup de connaisseurs ont pris Le Trianon d’assaut. L’exemple le plus flagrant est lorsqu’il commence à interpréter "Protect the people" sur le "Major Riddim" enchaîné directement avec le titre "Karma" (Cardiac Strings Riddim). Toute la foule chantait à l’unissons même quand il chante des morceaux qui ne sont pas de lui comme celui de J Boog avec "Lets do it again". Les deux balcons sont remplis de monde, tous debout pour acclamer cette belle performance.
Le sourire de Tarrus Riley est tellement communicatif qu’on ne peut rester de marbre. Je me souviens très bien avoir fait plusieurs big jump au moment où il interprète "Bless me". Il y a eu plusieurs moments de grâce dans ce show et Dean Fraser y a entièrement contribué. Leader du Black Soil Band pour la soirée, toutes ses interventions ont été magique. Rare sont les backing band avec des cuivres alors lorsque le meilleur d’entre eux se présente à vous et vous fait redécouvrir les riddims avec sa touche personnelle, vous aimez forcement le saxophone. Je crois que toutes les femmes présentes hier sur Paris peuvent confirmer que le saxophone est bien l’un des instruments les plus sexy qui existent. Tarrus lui est un charmeur né et ça s’est vu sinon pourquoi chanter les covers de "All of me" et "Stay with me" deux titres de John Legend ?

Il n’y a pas eu d’invités dans le show de Tarrus Riley en revanche il a fait intervenir un de ses claviers qui a exceptionnellement pris le micro puis s’en est suivi Dean Fraser, le tout pour un tribute to Buju Banton qui on le rappelle poursuit sa peine de prison. Quel hommage !
Cela fait un petit moment déjà que les artistes sont sur scène et lorsque le titre "Good girl gone bad" est lancé je me dis que nous ne sommes plus très loin de la fin. Mis à part être parti comme un voleur après voir introduit et démarré le morceau "One Drop" on ne peut rien lui reprocher. Artistiquement, vocalement et humainement le show était complet.

Merci Cartel Concerts ...

L’Aborigène



Radio soutenue par la ville de saulx les chartreux le conseil general de l'essonne
© copyright L@SSOCIATION 2000 - 2017